Une Pièce montée est un premier roman drôle et incisif sur un mariage bourgeois dans une charmante petite église de campagne, envisagé de plusieurs perspectives…

Le premier point de vue est celui d’une petite fille choisie comme demoiselle d’honneur, émerveillée par tout ce qu’elle voit. Le fait qu’elle ait été désignée, avec les autres enfants, pour ce rôle solennel, jusqu’à la belle robe de la mariée; tout l’impressionne. Mais c’est pourtant par cette belle journée, lorsqu’elle sera témoin de l’injustice et de la bêtise des adultes, que la petite fille perdra un peu son innocence…

L’auteur nous présente ensuite le point de vue d’un prêtre surmené et dépressif, puis celui de la grand-mère de la mariée, de sa belle-sœur, qui en profite pour remettre en question son propre mariage, d’une de ses sœurs, considérée comme la marginale de la famille car toujours célibataire, ou encore de l’oncle, mal vu depuis qu’il a épousé une femme que tous jugent "vulgaire", du marié lui-même, assailli de doutes, d’un collègue de travail aux intentions peu morales, et enfin celui de la mariée elle-même, qui profite d’un moment privilégié en compagnie de sa grand-mère…

Une Pièce montée dévoile les failles derrière un mariage trop parfait, où rien n’est laissé au hasard, mais où la réunion de tous les membres de deux familles ne peut que déclencher des tensions, et révéler derrière les apparences tous les secrets qu’on aurait voulu cacher. Ce roman nous présente des tranches de vies drôles ou grinçantes, parfois émouvantes, un bref aperçu de l’existence de gens que la présence à un rite de passage tel que mariage confronte aux choix qu’ils ont faits dans leur propre vie.

Une belle étude de mœurs, au ton juste, qui se lit d’une traite. On en redemande…

Note: 4,5/5