Leona Dorn est très affectée depuis qu’une femme s’est défenestrée sous ses yeux. Lorsque son mari depuis treize ans, Wolfgang, lui annonce soudainement qu’il a une maîtresse et la quitte, elle sombre complètement dans la déprime. Elle se rapproche alors de Robert Jablonski, le frère de la suicidée, dont elle a fait connaissance le jour des funérailles de cette dernière. Il semble avoir tout de l’homme parfait: bel homme, charmant, prévenant, assidu, ce “soupirant” fait rapidement sa conquête. Mais Robert est-il bien l’homme qu’il semble être?

Le Soupirant est un roman à suspense particulièrement efficace, dont on n’abandonne pas facilement la lecture. La psychologie des personnages est bien développée et le rythme va crescendo, suivant les étapes de la relation mouvementée entre Leona et Robert.

Dans ses romans, Link nous présente souvent le point de vue d’un personnage féminin peu sûr de soi, peu ou mal entouré, et proie idéale pour les gens mal intentionnés. Malgré cet élément qui revient dans plusieurs de ses romans, aucun ne ressemble au précédent. L’auteur sait se renouveler et n’a pas, comme une Mary Higgins Clark par exemple, de recette toute faite.

Le Soupirant, roman au suspense soutenu, confirme Charlotte Link comme la reine du thriller allemand, et en fait une digne rivale de ses consoeurs britanniques…

Note: 4/5