Le commissaire Guido Brunetti est réveillé au milieu de la nuit par un coup de téléphone: sa femme, Paola, vient d’être arrêtée par la police pour cause de vandalisme. En effet, elle a jeté un pierre dans la vitrine d’une agence de voyage qu’elle soupçonne de promouvoir le tourisme sexuel en Thaïlande…

Le commissaire Brunetti parvient a étouffer l’affaire, mais sitôt la vitrine remplacée, Paola recommence, et cette fois-ci, Brunetti ne peut rien faire pour venir au secours de sa femme… Comme si la situation n’était pas assez compliquée, voici que le signor Mitri, propriétaire de l’agence de voyage, est retrouve assassiné, un mot laissé près de son corps l’accusant de pornographie et de pédophilie. Heureusement, Paola Brunetti était avec son mari lors du meurtre, mais la presse s’échauffe…

Le couple Brunetti, dont l’harmonie est mise en péril par leur divergence d’opinion sur le bien-fondé de l’acte commis par Paola, doit en plus faire face a la horde de journalistes qui campent devant leur maison et le commissariat de police. Il appartiendra au commissaire, bien qu’officiellement mis en "congé administratif", d’utiliser ses connexions et celles de sa secrétaire, l’efficace signorina Elettra, pour secouer la lenteur procédurière de la police italienne afin de réhabiliter le nom de sa femme et de trouver l’auteur du crime…

L’Affaire Paola est ma première expérience dans l’univers de Donna Leon, qui compte déjà plusieurs enquêtes du commissaire Brunetti. J’imagine que les lecteurs assidus de Donna Leon retrouveront avec plaisir Venise, son Commissaire Brunetti amateur de bonne chère et d’Histoire, et la femme de ce dernier, professeur d’université et féministe.

L’enquête elle-même ne présente pas de grande surprise: Leon privilégie le réalisme, semble-t-il, sur le retournement de situation. Cependant, au travers de cette enquête, c’est une image de l’Italie qui se dessine avec ses clichés; son inertie administrative, la manière libérale qu’ont les habitants de déclarer leurs revenus, ou le spectre de l’omniprésente et omnipotente Mafia…

En conclusion, L’Affaire Paola est petit polar bien sympathique et sans prétention, à recommander surtout aux amoureux de Venise et de l’Italie…

Note: 3/5