L’action de ce roman se passe en Thaïlande. Les grandes pointures de l’industrie pharmaceutique Santaz s’y rendent pour un séminaire, qui concerne  l’introduction sur le marché d’un nouveau médicament à la fois contre la douleur et la déprime, le Zépam, ainsi que le rachat de Santaz par un groupe australien. Les cadres de l’entreprise sont sur le qui-vive: ils savent qu’avec le rachat, des licenciements vont avoir lieu, et tous vont devoir user de stratégie pour être dans les faveurs des personnes qui comptent afin de ne pas faire partie du nombre des remerciés. Certains espèrent au contraire que ce remaniement sera l’occasion d’une promotion, et parmi eux Jean-Louis Boussard, 27 ans, adjoint au directeur de la communication, qui espère bien devenir calife à la place du calife…

Tandis que les personnalités se révèlent, que pour certains le séjour en Thaïlande est un prétexte à un écart conjugal (y compris ceux qui sont venus accompagnés de leurs femmes!), pour d’autres il est d’une importance cruciale, puisqu’ils savent que leur carrière est en jeu. Boussard, alerté par un actionnaire, va essayer d’en apprendre un peu plus sur le Zépam, qui est le médicament de la dernière chance pour Santaz…

Les chapitres dans lesquels l’action se déroule alternent avec d’autres qui nous informent de la réalité de l’industrie pharmaceutique, industrie qui privilégie souvent la rentabilité à la santé des malades. On y apprend des faits plutôt choquants… Chères Toxines est un roman, qui, un peu comme le faisait Etat d’Urgence de Michaël Crichton à propos du réchauffement climatique (cf. State of Fear sur Discussing Books), distrait tout en informant (les informations tout à fait sérieuses sur lesquelles s’appuie l’auteur sont référencées dans des notes en fin de roman). Chères Toxines, dans la manière de traiter les sujets et de présenter les personnages, m’a aussi un peu fait penser aux romans de Douglas Kennedy. Ce n’est pas un livre que j’aurais choisi d’emblée, à la lecture de son résumé, mais on me l’a donné et, dès les premières pages, j’ai été rapidement transportée en Thaïlande, suivant avec grand intérêt l’évolution de ce petit groupe de personnes intriguant et se battant pour leur survie professionnelle.

Vivement recommandé. Après cette lecture, vous ne verrez les petites pilules que vous avalez chaque jour de la même façon…

Note: 4/5