Lorsque la famille Westin quitte Stockholm pour s’installer dans la petite île d’Öland, dans une demeure à rénover située près de deux phares, c’est pour oublier de mauvais souvenirs laissés dans la capitale suédoise. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que c’est la mort qui les attend dans la petite île: peu de temps après leur installation, Katrine Westin, mère de deux enfants, est retrouvée noyée… Dans l’atmosphère étrange de l’île en hiver, ce sont les vieilles légendes qui ressurgissent, celles qui parlent des morts qui reviennent visiter les vivants. Joakim, le mari de Katrine, n’arrive pas à se remettre de la disparition de sa femme et en commence à accorder crédit aux vieilles histoires…

Gerlof, ancien marin vivant dans une maison de retraite, qui était l’un des personnages principaux de L’Heure Trouble, premier roman de Johan Theorin, apparaît de manière un peu plus secondaire dans L’Echo des morts. Il raconte à sa nièce, Tilda, des anecdotes à propos de son frère Ragnar, le grand-père de Tilda qui disparut un jour en mer. Elle le met en relation avec Joakim, qui l’interroge sur les vieilles histoires de l’île. Avec son flair et son expérience, il commence à croire ce dernier, qui pense que la noyade de sa femme n’était pas un accident. Dans un suspense qui va crescendo et qui culminera un soir de tempête, non pas un seul, mais plusieurs meurtres vont être mis à jour et élucidés…

L’Echo des morts, tout comme LHeure Trouble, est un roman policier remarquable par son atmosphère particulière qui nous fait découvrir l’île d’Öland comme les touristes ne la voient pas: en hiver, désertée, assaillie par la mer démontée et tourmentée par les tempêtes: le cadre idéal pour des histoires de meurtres… et de fantômes. Ceux qui ont lu L’Heure Trouble apprécieront de retrouver le personnage du vieux Gerlof, avec son goût pour la mer et les vieilles histoires, son intuition pour résoudre les mystères, ses connections bien utiles à la police et ses escapades hors de sa maison de retraite. J’espère que Gerlof continuera à apporter son grain de sel (marin) dans les prochains romans de Johan Theorin…

Note: 4/5

Lien: Interview de Theorin à propos de l’Heure Trouble sur Le Parisien.fr