L’Heure trouble est un polar de plus (mais pas des moindres) qui vient s’ajouter à la longue liste des thrillers venus du froid (celui-ci nous vient de Suède) et très en vogue chez nous…

En 1972, le fils de Julia Davidsson, Jens, disparait dans la petite île d’Öland, alors qu’il est sous la garde de ses grands-parents. Aucune trace de lui n’a jamais été retrouvée. Julia et son père, Gerlof, sont en froid depuis le drame. Elle le tient pour responsable, car il s’occupait de ses filets de pêche, ce jour-là, alors que sa femme, malade, s’était endormie dans la maison. Tout le monde est convaincu que l’enfant s’est éloigné vers la mer et s’est noyé, mais Julia, dépressive, alcoolique et en plein déni, le croit toujours vivant, quelque part. Un jour (au milieu des années 90) Gerlof appelle sa fille: il a reçu par la poste la chaussure que Jens portait le jour de la disparition. Julia, en arrêt maladie, accepte de se rendre à Öland, et, se rapprochant de son père, elle apprend peu à peu à faire le deuil de son fils tandis que Gerlof, vieux et souffrant de rhumatismes sévères, s’improvise enquêteur pour apprendre enfin la vérité sur sa disparition…

Parallèlement, L’Heure Trouble nous raconte l’histoire d’un homme nommé Nils Kant, depuis 1936, alors qu’il est enfant et se baigne sur la plage d’Öland avec son petit frère, jusqu’au terrible après-midi de brouillard, sur la lande, quand son destin croise celui du petit Jens. L’Heure Trouble est un roman policier prenant, bien écrit (et bien traduit), qui nous fait découvrir sur fond de landes suédoises inquiétantes et de mers agitées, une histoire passionnante, d’ambition et de vengeance mais aussi de deuil difficile à accomplir et de pardon.

Les personnages principaux, Julia et son père, sont justes et attachants, on découvre avec intérêt l’histoire locale de la Suède insulaire, avec ses bateaux commerciaux et ses carrières de pierres, le suspense est présent tout au long du roman, dans une histoire qui réussit à nous surprendre alors que l’on pense tout savoir. Un très bon roman, qui mérite certainement la récompense de meilleur roman policier suédois 2007 qu’il a reçue…

Note: 4/5