[yasr_overall_rating]

La Fille au tatouage est le 2e polar de l’écrivain suédoise Kristina Ohlsson. On y retrouve les personnages des Enfants de Cendres: Frederika Bergman, qui, après avoir eu quelques peines à se faire accepter dans l’équipe, est maintenant respectée, mais connaît des problèmes liés à sa grossesse, et une situation sentimentale peu habituelle, puisque le père de son enfant est marié à une autre. On y retrouve Alex Recht, le commissaire, qui a des soupçonne sa femme de lui cacher quelque chose et Peder Rygh, qui, quitté successivement par sa femme et sa maîtresse, semble engagé dans la spirale du harcèlement envers ses collègues féminines qui pourraient bien lui causer des ennuis. De plus, il se méfie du nouveau dans l’équipe, Joar Sahlin, qui ne lui revient pas du tout…

D’une part, l’équipe doit enquêter sur l’apparent suicide de Jakob et Marja Alhbin, un pasteur et sa femme qui ont voué leur vie à aider les migrants arrivés en Suède. Karolina, l’une des deux filles du couple, est morte d’overdose quelques jours auparavant et seul son père était apparemment au courant. Cela expliquait-il le double meurtre-suicide? Des éléments permettent d’en douter. L’autre fille du couple, Johanna, reste introuvable. Frederika doit aussi enquêter sur la mort d’un homme d’origine étrangère, retrouvé sans papiers, écrasé par une voiture, sa mort est-elle un accident?

Les deux enquêtes vont bientôt converger dans une intrigue plus complexe que l’on pouvait le penser au départ. J’avais trouvé Les Enfants de Cendres prometteur, et ce 2e polar vient confirmer Kristina Ohlsson comme un auteur qui maîtrise non seulement bien le développement de ses intrigues, mais qui nous présente une galerie de personnages principaux attachants que l’on se réjouira de retrouver dans Les Anges gardiens (déjà sorti en livre de poche)

Un bon suspense, et une série qui s’installe…