[yasr_overall_rating]

Les Morsures du passé de Lisa Gardner est un polar qui raconte trois histoires sans lien apparent au départ, mais qui finissent par se rejoindre dans un final qui donne des sueurs froides.

Le commandant D.D. Warren, de la police de Boston, est appelée sur une scène de crime particulièrement horrible: deux adultes et leurs trois enfants ont été assassinés dans leur maison, apparemment par le père de famille qui n’est pas mort mais dans le coma avec une balle dans la tête. En enquêtant, la police apprend qu’un de leur fils, Ozzie, garçon adopté, avait des comportements violents qui inquiétaient les voisins…

Danielle est une jeune femme marquée à vie par le drame qui a décimé sa famille: son père, alcoolique, a tué sa mère, son frère et sa soeur avant de se suicider. Elle souffre de la culpabilité du survivant et travaille dans une unité pédo-psychiatrique pour aider les enfants à problèmes lourds. Mais se souvient-elle vraiment de ce qui s’est passé la nuit du drame?

Victoria vit dans la peur… la peur de son fils de huit ans, Evans. Evans peut être adorable et lui réclamer des câlins, puis la menacer de mort l’instant suivant. Tous les couteaux sont sous clé dans un tiroir, toutes les portes et fenêtres sont verrouillées. Victoria n’a plus de vie, plus de répit. Dans sa détermination à être présente pour son fils, elle a perdu son mari et sa fille…

Ces trois histoires, dont le lien est le thème de l’enfant à problèmes psychologiques lourds, vont culminer dans un final au suspense insoutenable. J’ai trouvé le thème absolument fascinant, mais aussi glaçant et terrifiant. On pense à des films hollywoodiens tels que Le Bon Fils ou Esther, mais ici les recherches faites par l’auteur et la note à la fin nous rappellent que des enfants avec de tels troubles de comportement existent réellement, et qu’il y a au jour d’aujourd’hui bien peu de stratégies médicales ou comportementales pour faire face et leur apporter une aide efficace.

Le suspense est extrêmement bien mené, et l’alternance entre plusieurs narrations, qui peut parfois être lassante si une histoire s’avère moins intéressante que les autres, ne pose ici aucun problème et rajoute à la montée de la tension. Un petit bémol cependant: j’ai trouvé l’explication des motivations du tueur un peu faible, et l’intervention du paranormal trop facile.

Dans l’ensemble, Les Morsures du passé est un thriller extrêmement satisfaisant, à ne pas mettre entre toutes les mains cependant (âmes sensibles s’abstenir…)