[yasr_overall_rating]

L’action de Tu ne m’échapperas pas se déroule dans une petite ville de l’Oregon, Bakersville, où il fait bon vivre, en sécurité et loin des tumultes de la grande ville. Pourtant, par un beau jour de printemps, l’impensable arrive: des coups de feu sont tirés dans l’enceinte du collège. Deux petites filles et une professeur d’informatique gisent dans leur sang, et Dany O’Grady, le fils du shérif, est appréhendé les armes à la main…

C’est Lorraine Conner, surnommée Rainie, qui est en charge de l’affaire. Son malaise est d’autant plus grand qu’elle connaît et apprécie les deux enfant du shérif (Dany a une jeune soeur, Becky, qui a été témoin de la fusillade et se mure dans le silence depuis), et qu’elle a un lien d’amitié très particulier avec le shérif, qui va au delà de leur collaboration professionnelle: celui-ci l’a découverte, quand elle avait quatorze ans, devant le cadavre de sa mère assassinée. Alors que la ville la désignait comme coupable, O’Grady a toujours pris sa défense.

Rainie est rapidement persuadée que Dany n’a pas pu agir seul, et qu’il a été manipulé par un adulte. Pierce Quincy, agent du FBI spécialisé dans les tueries en milieu scolaire, est de son avis. Une course contre la montre s’instaure alors entre les forces de police et un assassin machiavélique et retors…

Disons le tout de suite, Tu ne m’échapperas pas n’est pas à la hauteur de La Maison d’à côté ou du très bon Les Morsures du passé, qui aborde également le thème des enfants criminels. D’ailleurs, ici, le thème des enfants criminels laisse rapidement la place à celui de la manipulation mentale. Même si le suspense est présent dans Tu ne m’échapperas pas, et que l’on suit avec intérêt le personnage de Rainie, une femme qui lutte avec ses démons et qui aurait aussi bien pu se retrouver à la place de Dany, on déplore cependant que le personnage du véritable assassin reste beaucoup trop élusif, sa personnalité et ses motivations ne sont pas assez mises en avant, si bien qu’on n’y adhère pas vraiment. Cela explique le fait que la fin, qui le met sur le devant de la scène, ait moins d’impact que prévu. De plus, étant donné que l’intrigue est liée de près aux nouvelles technologies, et que le roman été écrit en 2001, ces technologies ont eu le temps de vieillir, et le roman n’a plus l’impact qu’il aurait pu avoir à sa sortie…

Un moment de lecture agréable qui donne au lecteur sa dose de suspense, mais en aucun cas un thriller inoubliable…