Joseph O’Loughlin est un psychologue qui a tout réussi dans sa vie: un mariage heureux, une adorable fillette de huit ans, et un métier dans lequel il est très bien considéré. Mais petit à petit, tout se dégrade: en quelques jours, il apprend qu’il est atteint de la maladie de Parkinson, l’un de ses patients, Bobby, commence à adopter un comportement de plus en plus inquiétant au cours des consultations, et bientôt, l’une de ses ex-patientes, qui a failli ruiner sa carrière par le passé, est retrouvée assassinée…

Bien entendu, Joseph ne va pas tarder à se retrouver suspecté de meurtre par la police. Peu à peu, il révèle des éléments de son passé qui vont nous aider à reconstituer une partie du puzzle.

Ce roman, de construction complexe, est assez prenant. Nous tentons de comprendre, en même temps que le narrateur, la machination diabolique qu’il essaie de mettre à jour. Parfois, cependant, cette complexité se fait au dépend de la crédibilité, et certaines ficelles utilisées pas l’auteur sont un peu grosses. Avec 100 pages de moins, il aurait certainement écrit un roman plus efficace. Là, on se perd parfois dans des détails inutiles, que l’on peut penser importants pour la suite, mais qui n’ont finalement aucun lien avec l’intrigue principale.

Pas mal pour un premier roman, mais on espère mieux pour la suite…

Note: 3/5