Ellie Manning vient de perdre son mari Greg dans un accident de voiture. Aux côtés de celui-ci, une femme inconnue, morte elle aussi. Tout de suite, la famille et les amis d’Ellie arrivent à la conclusion qui s’impose: cette femme était la maîtresse de Greg. Seule Ellie veut croire en son mari, croire qu’il n’avait pas d’aventure avec l’inconnue. Mais s’il est facile de trouver des preuves de ce qui est, comment trouver des preuves de ce qui n’est pas? Ellie se lance dans une enquête solitaire qui va amener ses proches à douter de sa raison…

Plus fort que le doute est un roman psychologique comme le couple Nicci Gerrard et Sean French savent bien les concocter. Le problème, c’est que l’analyse psychologique est mieux réussie que l’intrigue elle-même, qui est souvent un peu faible. C’est le cas ici…

Nicci Gerrard écrit aussi (seule) des romans (pas tous traduits en français) dans lesquels elle met en scène une femme à un moment charnière de sa vie; ce sont des romans psychologiques sans aucune composante policière. Toute la première partie de Plus fort que le doute ressemble à l’un de ces romans. On y voit le personnage principal, confrontée à la perte de son mari et à toutes les petites choses auxquelles elle doit penser: prévenir la famille, les amis, prendre les décisions pour les funérailles, etc. Le suspense n’arrive réellement qu’assez tard dans le récit. Il ne faut donc pas s’attendre à un polar truffé d’action dans le genre de ceux d’Harlan Coben. Et malheureusement, le dénouement ne réserve pas une grande surprise. Dommage…

Les meilleures romans de Nicci French restent Feu de Glace et Jeu de dupes

Note: 3/5